jeudi 29 novembre 2007

Destination ailleurs.

On laisse nos chaussures au placard et on prend la guitare, un cd de Marley.
On laisse les enfants aux parents, on prendra tout notre temps.
Je te garde pour moi.
De Paris ou d'ailleurs, si tu me suis on prendra le meilleur, tout est permis et si ça nous va bien on ira encore plus loin
Destination ailleurs destination... ailleurs

On peut fermer un peu la porte, oublier un peu les autres, la voiture et la ville.
On pourrait couper la télé, nos deux portables et s'en aller toi et moi pour une fois.

De Paris ou d'ailleurs si tu me suis on prendra le meilleur, tout est permis et si ça nous va bien on ira encore plus loin
Destination ailleurs destination... ailleurs
On peut faire une pause dans nos vies, c'est peut-être pas mal aussi.
De Paris ou d'ailleurs si tu me suis on prendra le meilleur, tout es permis et si ça nous va bien on ira encore plus loin
Destination destination ailleurs

Si tu veux bien un mois, un jour, une heure, on n'en sait rien, on n'en sait rien.
Suis-moi, de Paris ou d'ailleurs, si tu me suis on prendra le meilleur.
Tout est permis tout est permis destination ... ailleurs

mardi 20 novembre 2007

Le garçon au sale caractère.

Il était une fois un garçon avec un sale caractère.

Son père lui donna un sachet de clous et lui dit d'en planter
un dans la barrière du jardin chaque fois qu'il perdrait patience
et se disputerait avec quelqu'un.

Le premier jour il en planta 37 dans la barrière.
Les semaines suivantes, il apprit à se contrôler, et le nombre
de clous plantés dans la barrière diminua jour après jour :
il avait découvert que c'était plus facile de se contrôler
que de planter des clous.

Finalement arriva un jour où le garçon ne planta aucun clou
dans la barrière.

Alors il alla voir son père et lui dit que pour ce jour
il n'avait planté aucun clou. Son père lui dit alors d'enlever
un clou de la barrière pour chaque jour où il n'aurait pas
perdu patience.

Les jours passèrent et finalement le garçon put dire à son
père qu'il avait enlevé tous les clous de la barrière. Le père
conduisit son fils devant la barrière et lui dit :

"Mon fils, tu t'es bien comporté mais regarde tous les trous
qu'il y a dans la barrière. Elle ne sera jamais plus comme avant.
Quand tu te disputes avec quelqu'un et que tu lui dis quelque
chose de méchant, tu lui laisses une blessure comme celle-là.

Tu peux planter un couteau dans un homme et après lui retirer,
mais il restera toujours une blessure. Peu importe combien de
fois tu t'excuseras, la blessure restera."

Une blessure verbale fait aussi mal qu'une blessure physique.

Les amis sont des bijoux rares, ils te font sourire et
t'encouragent. Ils sont prêts à t'écouter quand tu en as besoin,
ils te soutiennent et t'ouvrent leur coeur.

Source: http://www.chezmaya.com/textes/clous.htm
Il y a autant de générosité à recevoir qu'à donner.
[ Moïra ]
Julien Green



samedi 17 novembre 2007




Un sourire c'est peu de chose
mais ça ressemble à une rose.

Heureux celui qui le reçoit car dans son cœur volète la joie.

Un sourire c’est peu de chose mais ça ressemble à une rose.

Il est un don de celui qui sait l’offrir même si le vent est en train de nordir.

Un sourire c’est peu de chose mais ça ressemble à une rose.

Il apaise la mélancolie quand elle fait larmoyer la vie.

Un sourire c’est peu de chose mais ça ressemble à une rose.

On le donne avec plaisir à celui qui a peur de l’avenir.

Un sourire c’est peu de chose mais ça ressemble à une rose.

Il fait oublier beaucoup de choses car l’existence n’est pas toujours rose.

Serge LÉONARD (BRIVE)

Source: http://www.chezmaya.com/2004/rose/rose.htm

mercredi 14 novembre 2007

jeudi 8 novembre 2007

Pensée du jour !
~Vous pouvez n'être qu'une personne pour le monde
mais vous pouvez aussi être le monde pour quelqu'un.~
-Anonyme

mardi 6 novembre 2007

"Le verbe aimer est difficile à conjuguer : son passé n'est pas simple, son présent n'est qu'indicatif, et son futur est toujours conditionnel."


Jean Cocteau
Écrivain (05/07/1889 - 11/10/1963)